« Quand les réseaux sociaux font mal »

Publié: juin 4, 2013 dans Module 5
Tags:, , , ,

Alors que je surfais sur le Net, compilant quelques données relatives aux réseaux sociaux, je tombai sur cette étude de l’université de Laval: Quand les réseaux sociaux font mal, publiée sur leur site Centre d’aide aux étudiants.  Vous comprendrez donc que ce titre n’est pas de moi (d’où l’utilisation des guillemets).  Toutefois, j’ai préféré le garder tel quel pour ne pas en altérer le sens, ni amoindrir l’impact qu’il pourrait avoir sur nos futurs lecteurs.

Depuis plusieurs semaines, nous évoquons continuellement les concepts de réseaux sociaux, médias sociaux, web social, web participatif, et j’en passe; et nous émettons diverses opinions sur le sujet, chacun avec ses motivations propres, son sens critique, son désir de communiquer, d’analyser, de louer ou même d’attirer l’attention sur certaines pratiques du web social.  Quoi qu’il en soit, en lisant les différents articles de nos blogues respectifs, je ressors toujours avec la sensation qu’ensemble, nous formons un web participatif très sélectif, une communauté très sélecte, enrichie par l’apport des uns et des  autres, tous équilibrés, éduqués, motivés.  Un vrai plaisir de pourvoir contribuer à une telle activité!

Pourtant, aujourd’hui, je rédige ces quelques lignes avec une pensée moins emballée. En fait, je souhaiterais qu’elles provoquent en chaque lecteur une profonde réflexion quant aux multiples facettes du web social et du danger que certaines d’entre elles représentent. Sans rien enlever de bon aux réseaux sociaux, ni au Web en général, des extraits comme De bien tristes cas ou Le savoir-vivre : un art en voie de disparition? devraient peut-être se trouver un bien plus grand lectorat.

D’autres études, sondages, écrits, récits traitent également de la question; soulignant les ravages dans la vie d’une personne, d’une famille ou de toute une communauté, ravages causés par une certaine pratique abusive et malsaine en ligne.  Je suis convaincu qu’en lisant ces lignes, certains se remémorent, sans l’ombre d’un doute, UN cas extrême, le summum de l’aberration humaine, survenu à Montréal en mai 2012. Mais si de tels cas sont plus rares, heureusement, gardons tout de même en tête que certaines sources affirment que « 43% des adolescents seraient victimes de cyberintimidation« .

Les médias sociaux peuvent amuser et même sauver des vies. Toutefois, n’oublions pas que l’emploi inadéquat et abusif qu’en font certains, peut malheureusement causer un drame dans la vie de bien trop de potentielles victimes innocentes.

Luc Jr.
Juin 2013

Publicités
commentaires
  1. GWOMOUNE dit :

    En fait, le web en général nous est tombé sur la tête et nous n’avions pas été préparé. Nous apprenons donc  » sur le tas » les bienfaits du web. Toutefois certains apprennent à leur dépens. Je crois qu’on n’a pas fini de décortiquer les ravages du web sur les utilisateurs abusifs surtout. Pour garder la tête hors de l’eau, il n’y a rien de mieux que la modération…. Tres bel article!
    Gwomoune

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s