Archives de la catégorie ‘Libre’

L’apprentissage par YouTube

Publié: juin 17, 2013 dans Libre
Tags:

YouTube, dans son explosion cybernétique et sociale, est devenu la référence des clips vidéo.  Entre la musique, la danse, les gags, les jeux, les échecs du jour, les cascades… les sujets ne semblent point manquer.  En veux-tu, en voilà.

Récemment, discutant avec un jeune des possibilités du Net, particulièrement en recherche d’information, j’ai eu « l’intelligence » de mentionner l’utilité des moteurs de recherche et des multiples possibilités qui peuvent en découler à les utiliser régulièrement.  Quelle ne fut ma surprise quand mon jeune interlocuteur me répondit d’un ton super naturel et même déconcertant: « Moi, mon moteur de recherche préféré, c’est YouTube« .

Puis il enchaîna pour m’expliquer la somme des connaissances qu’il avait acquises grâce à YouTube; qu’il s’agisse de programmes scolaires, de jeux, de programmes informatiques (logiciels), de modifications de gadgets électroniques, de danse…  Il était gonflé à bloc dans son argumentation et dégageait une confiance sans borne.  De plus, trouvait-il que l’apprentissage visuel que permettait YouTube était bien plus enrichissant, plus rapide et plus efficace que d’essayer de lire des pages et des pages de texte, sans forcément parvenir à en saisir le sens.

Devant une telle logique et tant de détermination, je ne pus m’empêcher d’esquisser un sourire et de lui concéder raison.  On reviendrait probablement sur certains points de son argumentation en temps et lieu. Sur l’heure, je pris conscience que mon jeune interlocuteur, et probablement bon nombre de sa génération, avaient en quelque sorte grandi avec YouTube.  Chose certaine, à 14 ans, il maîtrisait son sujet.

Luc Jr.
Juin 2013

Publicités

Facebook: La machine

Publié: juin 17, 2013 dans Libre
Tags:

De nos jours, on ne peut parler de réseaux sociaux, sans tout de suite faire référence à Facebook.  Applications, services, sites, membres, tout semble se combiner comme par enchantement, pour assurer une parfaite intégration des multiples composants de cet environnement de rêve pour la grande majorité des adeptes du web social.

Comme par enchantement! Mais, la magie, existe-elle vraiment quand il s’agit des nouvelles technologies? Comment donc, Mark Zuckerberg et compagnie[1], ont-ils pu réussir un tel coup de force?

Prêtons un œil attentif aux composantes de base d’une telle réussite. Officiellement lancé en février 2004, le site Facebook ne représentait qu’un service destiné aux étudiants de l’université de Havard.  Après seulement un mois d’existence et un succès fou à l’interne, Facebook s’ouvrit à certaines autres universités américaines et même du Canada.  Sans nul doute, cela prenait du « génie » pour penser et concrétiser une telle idée.  En septembre 2006, Facebook se voit attribuer une nouvelle orientation et une nouvelle base de membres potentiels: le grand public.  Du génie et des membres!

Toutefois, réussir une telle transformation a demandé un peu plus que de belles têtes pensantes: des moyens financiers.  Ainsi donc, avant l’ouverture au grand public, en mai 2005, Accel Partners finança le projet de quelques 12.7 millions de dollars, en plus d’un million investi par Jim Breyer. Du génie, des membres, un bon capital de départ!

Depuis son lancement, Facebook n’a eu de cesse de s’améliorer, de s’agrandir, d’accueillir encore et encore plus de membres et d’offrir un cumul de services très lucratifs. Mentionnons ici que pour l’année 2012, Facebook a atteint les nombres record de: 5.1 milliards de dollars de revenus, 1.1 milliard de membres actifs, le tout supporté par quelques 4900 employés. Du génie, des membres, un bon capital de départ, du succès, un revenu monstre…

Vu sous cet angle, Facefook représente aujourd’hui une énorme machine en pleine évolution.

Luc Jr.
Juin 2013

Sources:
http://en.wikipedia.org/wiki/Facebook
http://fr.wikipedia.org/wiki/Facebook

[1] Ses condisciples et co-fondateurs de Facebook: Eduardo Saverin, Andrew McCollum, Dustin Moskovitz et Chris Hughes

Jeb Corliss

Publié: juin 16, 2013 dans Libre
Tags:, ,

Les amateurs de sensations fortes et surtout de sauts en chute libre ont certainement entendu parler de Jeb Corliss, « l’homme-oiseau ».  Cet athlète, passionné de sauts de tout genre, détient bien des records, y compris celui d’avoir trompé la mort.

Depuis près de 18 ans,  Jeb Corliss s’adonne au parachutisme, aux sauts extrêmes et aux sauts en ailière (« wingsuit »), pulvérisant ses propres records l’un après l’autre.  S’il a commencé avec du parachutisme classique, Jeb a vite pris goût au vertige des chutes libres et à la montée d’adrénaline y relative.  Pas étonnant, qu’il se soit par la suite d’abord converti en cascadeur de sauts extrêmes (« Base jump »), consistant à sauter du haut d’une plateforme fixe, puis en « homme-oiseau », (« The Human Bird »), arborant très souvent une ailière à l’effigie de super-héros.

De tous ses mémorables sauts et « vols » (et oui, il vole littéralement avec son ailière), celui effectué en Chine en juillet 2011 continuera de défier la chronique.  Sautant d’un hélicoptère à près de 6000 pieds d’altitude, Jeb plongea dans une falaise pour emprunter la seule sortie possible, un anneau naturel en flanc de montagne, à une vitesse de près de 200km/h.

Jeb

Malheureusement, le 12 janvier 2012, lors d’une cascade très risquée, Jeb percuta de plein fouet une montagne en Afrique du Sud, accident qui lui causa de multiples fractures au niveau des deux jambes.  L’impact fut si violent, que la nouvelle de sa mort se propagea sur le net.  Aujourd’hui encore, des liens tels que jeb corlis death WARNING GRAPHIC – YouTube ou Check out jeb corliss death videos at Break.com sont encore actifs sur le net.

Pourtant « l’homme-oiseau » est bien vivant.  Défiant la mort à chaque saut, il réussit à la tromper, ce jour-là.  Lui-même n’en revient toujours pas: « First, I couldn’t believe I hit. Second, I couldn’t believe I was still alive. How can I still be alive? How can you impact something while traveling that fast and still be alive? » (The impact)

Et le plus surprenant de l’histoire, le 27 juillet 2012, soit six mois après son terrible accident, l’oiseau reprit son envol.  « First jump back 🙂 Feels so good to be back in the air 🙂« , dit-il alors.

Luc Jr.
Juin 2013

Sources:
http://jebcorliss.net/
http://en.wikipedia.org/wiki/Jeb_Corliss
http://www.outsideonline.com/blog/outdoor-adventure/inside-the-crash-and-recovery-of-jeb-corliss.html

Les Super Réseaux du futur

Publié: juin 13, 2013 dans Libre
Tags:, , , , ,

L’Internet, le plus gros réseau au monde, a connu au cours des 50 dernières années, une évolution sans précédent, dépassant la plus optimiste des prédictions.  Avec près de 2.7 milliards d’utilisateurs et plus de 9 milliards de pièces d’équipement connectés (tous types confondus), le réseau monstre commencerait à s’essouffler, semble-t-il.  Éric Schmidt va jusqu’à prédire que d’ici 2020, pratiquement TOUTE la population mondiale y sera connectée.

Avec de telles avancées, même Internet pourrait ne plus suffire. Qu’adviendrait-il donc si brusquement, tout arrêtait de fonctionner?  Si globalement Internet rendait l’âme?  Point n’est besoin d’élaborer là-dessus.  Je reste convaincu que rien qu’à cette pensée, nous sentons tous monter l’angoisse du « débranché » J.  Mais qu’en serait-il des intérêts « supérieurs » pour lesquels Internet demeure absolument indispensable?

Avec de telles perspectives, les bases ont déjà été jetées pour la nouvelle génération de super réseaux.  Aux États-Unis, par exemple, la priorité a été accordée à l’éducation et à la recherche.  Dans cette optique, un consortium entre le gouvernement, certaines universités et des partenaires internationaux (tous impliqués en recherche) a été créé pour développer Internet2.  Parallèlement,  le Département de la Défense a octroyé un contrat à CenturyLink pour développer la version militaire de l’Internet2, du nom de DREN (Defense Research and Engineering Network).

De même, ailleurs dans le monde, des initiatives similaires ont vu le jour.  Citons entre autres: 6NET/6DISS en Europe, APAN en Asie et CANARIE au Canada….

A noter qu’aucune de ces initiatives ne touche directement l’Internet en tant que réseau public. Bien sûr, avec le temps, le grand public pourra certainement en bénéficier.  Mais supposons que d’ici 2020, Internet, tel que nous le connaissons, flanche, qu’adviendrait-il des pauvres utilisateurs que nous sommes?

Luc Jr.
Juin 2013

Sources:
http://www.itu.int/en/ITU-D/Statistics/Documents/facts/ICTFactsFigures2013.pdf
http://www.forbes.com/sites/quora/2013/01/07/how-many-things-are-currently-connected-to-the-internet-of-things-iot/
http://www.androidauthority.com/eric-schmidt-predicts-internet-future-190416/
http://www.nitrd.gov/ngi/pubs/concept-Jul97/pdf/ngi-cp.pdf

PowWow

Publié: juin 12, 2013 dans Libre
Tags:, ,

Vers le milieu des années 90, alors que le Web se développait encore, l’une des principales activités des internautes consistait à « chatter ».  Facebook, Myspace et autres réseaux sociaux du genre n’étaient même pas encore au stade embryonnaire.

Les « chats rooms » pullulaient.  Et certaines applications (les « messengers ») connaissaient un tel succès, qu’elles monopolisaient sans conteste le plus fort du temps de ceux qui s’aventuraient en ligne.  Des plus populaires figuraient sans aucun doute: MSN Messenger, Yahoo Messenger, AOL Instant Messenger (AIM), ICQ et PowWow.

Si certaines ont franchi l’épreuve du temps, il n’est pas de même de la malheureuse PowWow, pourtant si populaire et même en avance sur ces concurrentes d’alors. Développée par une compagnie du nom de Tribal Voice, PowWow se démarquait par ses atouts technologiques. En effet, elle devait être l’une des toutes premières applications (sinon la première) à offrir du VOIP et des ressources partageables lors d’une session de « chat »: tableau blanc (whiteboard), navigation simultanée entre interlocuteurs, fichiers de tout type; et même partage de sons…  Son succès était tel, que de grosses compagnies d’alors (AT&T, AltaVista…) avaient manifesté un réel intérêt pour s’en approprier les droits et l’intégrer à leurs solutions de communication (réf: Wikipedia/PowWow_(chat_program) ).

Alors qu’à l’époque, on l’ignorait encore, PowWow se révèlera, à titre posthume, d’avoir été le précurseur de beaucoup de fonctionnalités des nouvelles technologies d’aujourd’hui. Que s’est-il donc passé?  Piètres décisions administratives?  Concurrence trop farouche?  Manque de vision ou vision erronée des propriétaires et gestionnaires? Pourtant, Tribal Voice avait été fondée par John McAfee en personne.

On n’en saura peut-être jamais rien.  Toutefois, ceux qui ont eu le plaisir d’utiliser PowPow continueront de se poser cette question, teintée d’une pointe de nostalgie.  Au mieux, ils se regrouperont pour évoquer leurs souvenirs, comme le démontre cette initiative: Anyone Remember POW WOW chat program ?

Luc Jr.
Juin 2013